Les bailleurs de fonds face à la crise du Covid-19 : le renfort de l’aide

22/06/2020

Face à une crise sanitaire internationale inédite, la solidarité entre pays et notamment le soutien à aux pays les moins développés s’est avérée plus nécessaire que jamais.

En effet, les bailleurs de fonds et acteurs du développement se sont mis en ordre de marche pour offrir une réponse globale et rapide aux pays du Sud. Ainsi, la plupart des programmes d’aide publique au développement, bilatéraux ou multilatéraux, ont été adaptés et souvent repensés pour pouvoir répondre à la crise sanitaire et à ses impacts immédiats sur les plans sanitaire, social ou économique.

Des mesures d’appui exceptionnelles aux pays fragiles

Voici quelques exemples des mesures prises par deux bailleurs des fonds :

 

  • La Banque de développement du Conseil de l’Europe a mis en place plusieurs mesures de soutien aux Etats les plus touchés par la crise du Covid-19. Ainsi, presque 3 milliards d’€ ont été consacrés au financement de 15 projets (à consulter ici) dans les domaines de la santé et du soutien aux entreprises dans les pays membres de la Banque. Les projets financés par la Banque sont gérés en direct par les Etats attributaires ; ainsi, les marchés qui en découlent sont publiés localement ou dans le JOUE. Par exemple, 200 M d’€ sous forme de Facilité de financement du secteur public ont été transférés au gouvernement estonien afin de soutenir des politiques d’investissement des TPE et PME, d’apporter des aides financières aux collectivités locales et de fournir de l’assistance technique et en recherche et développement dans les secteurs médical et du tourisme.

 

  • La Banque Mondiale a activé début avril une série d’opérations d’urgence visant à affronter les conséquences immédiates de la crise dans 100 pays en développement qui représentent 70 % de la population mondiale. Le Groupe de la Banque mondiale a également prévu de fournir 160 milliards de $ d'engagements dans les 15 prochains mois, dans les domaines de la protection des populations vulnérables, du soutien des entreprises et du redressement économique. Parmi ces projets (consultables en ligne) la Tunisie a reçu des prêts à hauteur de 35 M de $ visant à renforcer le secteur de la santé et notamment à améliorer les capacités d’approvisionnement du Ministère de la santé en matière d'équipements et fournitures médicales.

L’apport du secteur privé : des opportunités pour les solutions innovantes

Plusieurs organisations internationales se sont mobilisées depuis le début de la crise à la recherche de solutions innovantes pour faire face aux multiples conséquences de l’épidémie.

A titre d’exemple l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) a mis en place une plateforme qui recense des projets innovants dans le cadre de la crise et proposant des solutions dans des domaines divers tels que le sanitaire, l’économie sociale et solidaire, l’éducation et la formation, la technologie financière, la culture ou les médias. La plateforme, au-delà de son rôle de vitrine, permet aux entrepreneurs d’échanger entre eux et de tisser des nouveaux partenariats. L’OIF s’est engagé à accompagner les projets les plus prometteurs afin de les développer auprès des communautés francophones.

Intéressé pour identifier et/ou accéder à ces marchés ? L’équipe du Club AMPIE est à votre disposition pour vous accompagner dans la réponse aux marchés publics internationaux.

Nous contacter

Toute l'actualité internationale